jeudi 1 avril 2010

le corps amazone





                                                                   Dora & Cy - © Art Myers

Au moment de la prise de vue, Dora avait 85 ans. “Il faut que cela sorte du placard”, avait-elle dit, contrairement aux conseils qui lui avaient été prodigués de dissimuler la cicatrice, surtout aux yeux de son mari. Elle ne l’a jamais fait. Pour son mari, partager sa vie, cela voulait dire aussi voir, toucher cette cicatrice sur sa poitrine.

En 2000, suite à un cancer, Annick a subi l’ablation d’un sein. Elle a choisi de rester “asymétrique”. Mais le regard que portent les autres sur son corps reste blessant. Pour rompre le tabou et le silence sur les conséquences du cancer, elle monte avec d’autres femmes un projet d’exposition artistique autour de l’idée du ‘corps amazone.’ Avec l’aide du photographe américain Art Myers, le film questionne au-delà de la maladie cette réappropriation du corps qui est aussi un retour à la vie. Par ce jeu de regards et de représentations, “Le Corps Amazone” interroge la vision de la femme et de la beauté féminine soumis aux normes de la société.


Annick est le fil rouge de notre récit. Le film la suit pendant la mise en place de l’exposition qui questionne notre vision du corps féminin. Le travail du photographe approche la nudité du corps en apprivoisant le regard et en permettant ainsi la découverte de ces corps autrement que dans un mouvement de recul. L’image se révèle dans la mise en lumière de la pose. Il importe que le film donne à voir ces femmes, uniques et belles, autrement.
Luce, Bénédicte, Cathie et Lyne, femmes-amazones, chacune engagée différemment dans la bataille pour la vie, nous font découvrir à la fois leur force et leur fragilité, leur cicatrices, leur féminité et leur beauté.
Le film confronte des points de vue et déplace un tant soit peu le regard consensuel à travers l’image de ce qui pourrait apparaître pour certains comme irrecevable, l’ablation d’un sein. Voir autrement, n’est-ce pas aussi comprendre autrement ? Si “Le corps amazone” n’est pas un film sur le cancer du sein à proprement parlé, la maladie n’en est cependant pas moins présente, et ce, de façon indirecte. Evoquer le cancer fait penser à la mort, néanmoins, ce film est devenu une ode à la vie et à la beauté des femmes.


film documentaire de 
Anja Unger

produit par l'Oeil Sauvage en coproduction avec France 3 Bourgogne-Franche Comté/ Images Plus avec le soutien du CNC, de la région Rhône-Alpes et Bourgogne, du Conseil Général du Val de Marne, de la Procirep-Angoa et du fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle
www.oeilsauvage.com
versions 52' et 74' disponible (et versions anglaises sous-titrées)
Ce film a reçu l'aide à l'écriture du CNC et de la Région Rhône- Alpes

image - Arlette Girardot, son - Pascale Mons, montage - Stéphane Perriot, - musique - Hervé Birolini, mixage - Myriam René

Aucun commentaire:

Publier un commentaire